sans-abrisme en suisse

L’accompagnement au logement, clé du travail social

06.12.2021
1/21
  • Dossier

Casanostra loue des appartements et y propose un accompagnement au logement. Cette combinaison se révèle particulièrement efficace. Lorsque la situation de logement peut être stabilisée, la situation de vie des clientes et clients s’améliore également. 

Il y a 31 ans, à la suite d’une phase de pénurie de logements, la Direction de l’action sociale de la ville de Bienne a fondé l’association Casanostra. L’objectif des initiateurs était de « louer des habitations à des personnes sans abri ou menacées de l’être ». Dans ce but, l’association louait sur le maché du logement des immeubles et des appartements à l’abandon afin d’y proposer un accompagnement au logement – souvent dans des conditions défavorables. Les directions des services sociaux et de l’office du logement étaient alors fermement convaincues qu’une institution spécialisée était nécessaire pour aborder la problématique des clientes et clients de l’aide sociale à la recherche d’un logement.

De nos jours, Casanostra est un prestataire de service reconnu et essentiel pour le secteur public. Deux contrats de prestations lient l’association à la ville de Bienne : l’un porte sur la sécurisation de l’hébergement au moyen de modes de logements accompagnés et l’autre sur le domaine du logement d’urgence. Pour les situations d’urgences, lorsque par exemple une famille a besoin d’un hébergement très rapidement, Casanostra dispose de deux appartements d’urgence meublés qu’elle gère pour le compte de la ville de Bienne. En cas de besoin, les personnes en hébergement d’urgence reçoivent également un accompagnement au logement afin que leur situation de vie puisse se stabiliser.

Modèle unique

La combinaison entre travail social et gestion immobilière – deux domaines qui n’ont généralement guère de points communs – est extraordinaire en Suisse. Casanostra dispose actuellement de 161 appartements dont 96 sont répartis dans 9 immeubles dont l’association est propriétaire. Casanostra est membre de la fédération Coopératives d’habitation Suisse.

La prestation de logement accompagné (aujourd’hui connue sous la dénomination « Housing First ») est adaptée aux besoins spécifiques des clientes et clients de Casanostra. Les coûts correspondants varient selon le degré d’accompagnement et les intervalles de visites. Différents locataires dits de catégorie C sont également logés par Casanostra. Ceux-ci ne parviennent pas à trouver un appartement par leurs propres moyens mais disposent de bonnes compétences de logement. Ces locataires de catégorie C sont importants pour assurer une bonne mixité dans les immeubles, ce qui favorise l’intégration des personnes touchées par la pauvreté.

Les personnes qui ont besoin de soutien au logement peuvent s’annoncer directement ou être adressées à Casanostra par les services sociaux ou une autre institution. Lors d’un entretien d’accueil, les clientes et clients clarifient avec des spécialistes quels sont leurs besoins en matière de logement ainsi que les objectifs à atteindre au moyen de l’accompagnement au logement.

Avant leur emménagement chez Casanostra, environ la moitié des locataires vivaient dans leur propre chambre ou appartement. Nombre d’entre eux étaient hébergés chez des connaissances, à l’Armée du Salut ou vivaient dans la rue. Casanostra est ainsi actuellement un important prestataire de services pour la prévention du sans-abrisme à Bienne.

Offre de prévention WohnFit

Casanostra propose également à la ville de Bienne ainsi qu’à d’autres communes environnantes la prestation « WohnFit » destinée aux personnes qui vivent dans leur propre appartement et souhaitent y rester. Toutefois, des difficultés avec les bailleurs surviennent souvent, pouvant mener jusqu’à une menace de résiliation. En dialogue avec les bailleurs, Casanostra essaie de trouver une solution tout en améliorant, au moyen de l’accompagnement au logement, les compétences des locataires dans ce domaine.

Une situation de logement stable est la clé d’un travail social efficace. Une part importante des clientes et clients présentent plusieurs déficits de ressources. L’un d’entre eux est l’exclusion du marché du travail, par le chômage, respectivement l’absence d’emploi. Depuis près de 30 ans, l’intégration des personnes à l’aide sociale dans le marché du travail biennois s’avère insuffisante. Même en phases d’élan conjoncturel, l’important socle de chômage ne diminue pas mais tend au contraire plutôt à augmenter.

Aujourd’hui encore, plus de 10 % des ménages biennois sont tributaires de l’aide sociale. Cela signifie que ces ménages ne sont plus intégrés à la société par l’intermédiaire du marché du travail. Reste le marché du logement, deuxième plus important facteur d’intégration dans la société après le marché du travail.

Les personnes qui ne disposent pas d’un minimum de compétences au logement peuvent difficilement participer à la vie sociale. Elles ne peuvent pas prendre la responsabilité de leur vie ou de leur famille et ne sont pas en mesure d’inviter quelqu’un chez elles. Elles ne peuvent pas non plus établir des relations avec des voisins. Ainsi progresse continuellement la spirale de la désintégration.

L’efficacité de l’approche combinant travail social et gestion immobilière est confirmée par la recherche. Les auteurs de l’étude menée par l’EPF de Zurich reconnaissent la valeur des prestations de Casanostra : « Pour les locataires, la certitude de disposer d’un logement sûr a un effet stabilisateur sur leur sentiment de bien-être. Les prestations de Casanostra constituent une contribution essentielle à la lutte contre l’exclusion sociale des personnes touchées par la pauvreté. C’est une valeur bénéfique pour le service public. »

La demande augmente

Au cours des trois dernières décennies, plusieurs milliers de personnes ont été logées par l’Association pour l’habitation assistée ou ont amélioré leurs compétences au logement grâce au soutien du travail social effectué en parallèle. La plupart des clientes et clients sont accompagnés par Casanostra durant un an et demi à deux ans. Nombre d’entre eux sont ensuite (de nouveau) en mesure de louer leur propre appartement.

Ces dernières années, le besoin portant sur les prestations proposées par Casanostra est en croissance constante. De plus en plus de personnes ne parviennent pas à trouver par elles-mêmes un appartement sur le marché libre. L’offre pour les personnes socialement fragiles est à la traîne par rapport à la demande croissante de logements.

Afin de relever les défis à venir, Casanostra est à la recherche de possibilités d’acquérir de nouveaux logements. En tant qu’organisation promotrice de la nouvelle coopérative d’habitation Gurzelenplus, Casanostra sera en mesure de proposer, dès 2025, de nouveaux logements pour les personnes défavorisées – ce au sein d’un ensemble résidentiel novateur favorisant de nouvelles formes de cohabitation.